Espérance en Casamance

Rassembler nos efforts aux services des plus démunis

1
2
3
4
5
6

L’association Espérance en Casamance  est née en   mars 2005, suite à notre rencontre, l’automne  précédent, avec Monsieur Jean-Matar Ndiaye, directeur de la maison d’arrêts (prison) d’Oussouye, en basse Casamance/Sénégal. Celui-ci nous avait fait part de son rêve de soutenir plus efficacement les détenus dont il a la charge dans leur effort de réinsertion après leur sortie de prison. Dans un premier temps, à sa demande, nous avons entre autres apporté des livres pour créer une bibliothèque dans la prison (accessible à la population d’Oussouye et aux 1500 élèves du lycée voisin) et trouvé un financement auprès de Femmes d’Europe à Bruxelles pour la réfection d’un puits ; celui-ci doit permettre de fournir la prison et l’orphelinat voisin en légumes frais durant la saison sèche. Créer et tenir à jour le fichier de la bibliothèque, travailler à la réfection du puits avec le puisatier responsable, créer et entretenir le jardin potager, autant d’activités – et nous avons bien le projet d’en créer d’autres – qui donnent du sens au quotidien des détenus et sont susceptibles de les aider à leur sortie de prison. En formation avancée en Communication Non-violente (Marshall Rosenberg) nous avons également consacré du temps à l’écoute des gardiens et des détenus. Une introduction de deux jours à la Communication Non-violente a été donnée en mai à 15 personnes (président de tribunal et juge d’application des peines, directeur et gardiens de prison, enseignants…). D’autres formations ont été données en août. 

Cette liste d’activités – réalisées ou en projet – est bien incomplète. Pour en savoir plus, voir le détail dans notre site.  L’association essaye d’apporter un soutien concret, matériel, et une présence active à  la prison, à l’orphelinat, au lycée, aux écoles et aux personnes démunies de Casamance dans une optique de développement global et durable. L’association tente de rassembler les expériences positives d’autres prisons pouvant servir de modèle, et de répondre, le cas échéant à certains de leurs besoins. Ayant constaté le nombre importants de prisonniers illétrés , l'Association soutient activement toujours davantage d'écoles en y créant des bibliothèques. Aujourd-hui, elle s'efforce de permettre à des mineurs emprisonnés de leur offrir des possibilités de formation. Elle reçoit par ailleurs de nombreux dons (en plus des livres toujours demandés) ou promesses de dons dont elle souhaite faire bénéficier le Sénégal et notamment - un cabinet complet de gynécologie - un appareillage de dentiste - des milliers de meubles scolaires (bancs et chaises) - des centaines voire des milliers de lits d'hopitaux ... Nous avons à plusieurs reprises traversé le Sénégal et la Gambie, et nous avons eu à coeur de soutenir des écoles et des prisons de du centre du Sénégal et de la Gambie (à Banjuls et à Georgetown).